skip to Main Content
Satanée télévision: une invitée de trop qui occupe le moment présent

Satanée télévision: une invitée de trop qui occupe le moment présent

Imaginez… Je suis en visite chez une amie d’enfance que je n’ai pas vue depuis plus de 15 ans. Nous sommes toutes les deux dans son salon et la télé est allumée à un poste de nouvelles en continu. Nous discutons de choses et d’autres, et de temps en temps, nous jetons un regard vers la télévision. Mon amie voit que je commence à être agacée. Elle propose de baisser un peu le son. Quoi? Baisser le volume? Mais éteins-la plutôt! Il me semble qu’on a beaucoup à se dire sans voir besoin d’une distraction.

Ma grand-mère faisait cela aussi – c’était son désennui. Je la comprends, toute seule dans la maison, la télé devient une sorte d’ami. Elle met de la vie dans la maison. Par contre, j’ai vu des quantités de jeunes gens et de familles faire la même chose. Ils ne manquent pas de vie dans leur maison, ceux-là! Pourquoi ont-ils pris l’habitude de laisser entrer cette invitée dans leur vie intime comme cela?

J’ai pour ma part sorti la télévision de ma vie quotidienne depuis longtemps. J’ai appris à remplacer tout ce divertissement et cette distraction par des activités nourrissantes. J’ai observé que je suis plus attentive aux autres, plus disponible pour mes enfants, plus à l’écoute de mes besoins et plus détendue. Tout cela parce que je n’ai pas continuellement une voix qui parle dans mon salon et qui entre dans ma tête. Ma tête est disponible pour mes propres pensées, pour être dans le moment présent.

Si vous avez l’habitude de laisser la télévision toujours allumée, je vous invite à faire l’essai de passer une semaine à éteindre le poste quand vous n’êtes pas en train d’écouter une émission précise. Au début, vous trouverez peut-être que cela crée un vide. Qu’il y a des silences à table avec votre conjoint. Que vous cherchez quoi dire. C’est bien! Je n’ai encore jamais vu personne faire cet essai sans réaliser à quel point tout ce bruit ambiant est fatiguant, et qu’une fois éteint, il laisse place à une merveilleuse complicité et une plus grande intériorité. Dans ma propre vie, j’ai fait la même chose avec la radio, que j’écoute dorénavant avec parcimonie. Et je laisse le chant des oiseaux, le gazouillis des enfants et la mélodie de ma vie m’habiter entièrement.

Si vous faites le défi que je vous propose, partagez avec nous vos expériences!

Marie-Josée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INFOLETTRE

En soumettant ici vos informations, vous recevrez chaque semaine par courriel nos trucs et autres nouvelles.
Courriel
Prénom
Nom de famille
Back To Top